AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesMembresConnexion

Partagez | 
 

 L’âge d’or des cartes marines à la BNF

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Titus
Admin
avatar

Nombre de messages : 1123
Age : 66
Localisation : 92 - Bois-Colombes
Nom du Bateau : TITUS 2 et TITUS 3
Numéro de Voile : 23397 et 23531
Date d'inscription : 17/05/2006

MessageSujet: L’âge d’or des cartes marines à la BNF   Mar 22 Jan 2013, 11:19



Oups... Un peu tard pour vous en parler, mais dimanche j'ai "fait" une expo sensationnelle :
L’âge d’or des cartes marines à la BNF François Mitterrand à Paris.
Elle dure toutefois jusqu'au 27 janvier. Il reste une petite semaine pour la visiter !


Quand l’Europe découvrait le monde
Parmi les trésors de la BnF figurent des cartes marines enluminées sur parchemin appelées « portulans ». Produits entre le XIVe et le XVIIIe siècles, ces documents scientifiques sont de véritables œuvres d’art, témoignage de cinq cents ans de représentation européenne du monde. Pièces phares de l’exposition, ces cartes d’exception sont une invitation à redécouvrir la mythologie des Grandes découvertes et des voyages au long cours.

« La Bibliothèque possède la plus grande collection de portulans au monde. Nous nous réjouissons de dévoiler au public une partie de ce fonds précieux, qui compte près de cinq cents de ces chefs-d’oeuvre de la science des navigateurs », a déclaré Bruno Racine, président de la BnF.

De l’italien « portolano », les « cartes portulans » donnent la succession des ports et des havres le long des côtes, tandis que l’espace maritime est sillonné par des lignes géométriques (lignes de rhumb) qui correspondent aux directions de la boussole. Ce système graphique permettait aux marins de s’orienter en reportant sur la carte la distance qu’ils estimaient avoir parcourue. Le plus ancien portulan occidental connu daterait de la fin du XIIIe siècle : c’est la « carte pisane », conservée au département des Cartes et plans de la Bibliothèque.

Sous un angle inédit, l’exposition interroge la manière dont les Européens ont découvert, conquis, dominé, mais aussi étudié et représenté territoires et peuples entre le XIVe et le XVIIIe siècle. La construction de l’image de notre planète a pris corps au gré des expéditions maritimes et de la rencontre avec d’autres civilisations. Chaque avancée était alors une aventure humaine. Chaque innovation technique permettait d’aller plus loin. Chaque découverte complétait le vide de la carte. Dès le XIVe siècle, les « cartes portulans » ont joué un rôle fondamental pour la maîtrise des espaces marins de la Méditerranée, comme dans la diffusion d’une iconographie des Nouveaux Mondes avec leurs peuples, leur faune, leur flore, leurs mœurs et leurs paysages. Innovation technique, en même temps qu’objet de science et miroir de la quête d’un ailleurs, réel ou fantasmé, les « cartes portulans » s’imposent au regard contemporain comme de véritables œuvres d’art. Leur caractère spectaculaire tient autant à leur taille, imposante, qu’à leur polychromie – elles sont souvent rehaussées d’or –, et à leur univers exotique.

Près de deux cents pièces majeures, dont quatre-vingts cartes portulans, mais aussi des globes, des instruments astronomiques, des objets d’art et d’ethnographie, des animaux naturalisés, des dessins, des estampes et des manuscrits structurent les quatre parties de l’exposition. Elles sont issues des collections de la BnF ou prêtées exceptionnellement par le musée du Quai Branly, le musée Guimet, le musée du Louvre, les Arts et métiers, le Service historique de la Défense, la British Library, le Mobilier national ou le musée de la Marine.

La première partie traite de la matière même : l’apparition des portulans, leurs techniques de fabrication, leurs usages et leurs utilisateurs. La deuxième analyse le sens politique des cartes, la manifestation de la concurrence des grandes puissances européennes. Après une troisième partie consacrée à l’océan Indien et aux transferts de savoirs entre la Méditerranée et l’Asie, la quatrième met en valeur cinq trésors cartographiques rarement présentés au public.

Superbe et magnifique !

Exposition : L’âge d’or des cartes marines - Quand l’Europe découvrait le monde
23 octobre 2012 au 27 janvier 2013 BnF François-Mitterrand
Quai François-Mauriac, Paris XIIIe Grande Galerie
Du mardi au samedi 10h > 19h Dimanche 13h >19h
Fermé lundi et jours fériés
Entrée : 7 euros, tarif réduit : 5 euros
Réservations FNAC au 0892 684 694 (0,34 euros TTC/mn) et sur www.fnac.com

_________________
Titus
Cap Corse 23397 & 23531 (!!!)
Vice président de l'As Cap Corse
http://web.mac.com/aurbain/iWeb/Restauration/Bienvenue.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ycpecq.fr/
gilles

avatar

Nombre de messages : 1329
Localisation : Mantes La Jolie 78
Nom du Bateau : Ki-Loullig
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Re: L’âge d’or des cartes marines à la BNF   Jeu 07 Fév 2013, 10:09

En parlant de cartes, afin de préparer "online" le Cap ou diverses navigations .....

par ici

_________________
Ki-Loullig
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L’âge d’or des cartes marines à la BNF
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De vrais cartes marines sur Weather4D
» cartes marines du Nord de Majaunga (Madagascar): cotes depuis les baies de mahajamba, moramba jusqu'à nosy lava
» Logiciel pour PC et tablette et cartes électroniques
» Fait l'achat d'un Garmin Montana 600...
» Cartes marines Trent-Severn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Propriétaires de Cap-Corse :: Sur la Terre Ferme :: Les Potins-
Sauter vers: